• Publié le 18 juillet 2018
  • Mise à jour le 20 juillet 2018
Travaux Tunnel

Le creusement du tunnel

  • Partager cette page sur Facebook
  • Partager cette page sur LinkedIn
  • Envoyer à un ami
Du terminus actuel d’Olympiades au futur site de maintenance et de remisage de Morangis, 14 km de tunnel seront creusés à travers Paris et le Val-de-Marne. À l’issue des travaux de consolidation des sols au Kremlin-Bicêtre, 3 tunneliers interviendront simultanément pour la réalisation de la galerie intégralement souterraine.

Un objectif : consolider les sols à proximité du tunnel du métro

La RATP veille à garantir la stabilité des carrières et du sol environnant pendant le creusement du tunnel.  
Les études de conception du métro se sont attachées à répondre à cet enjeu : les méthodes constructives du tunnel sont adaptées afin d’éviter les mouvements de sols.

Pour les zones où ces études ont néanmoins montré la nécessité de renforcer certaines carrières, des opérations de comblement sont entreprises sur 1,6 km. Elles sont réalisées avec le concours des administrations et des propriétaires concernés.


Technique de comblement : des injections depuis la surface

Le traitement par injections depuis la surface est la technique privilégiée de mise en sécurité des carrières. Elle consiste à réaliser une série de 14 forages dans la commune du Kremlin-Bicêtre selon un maillage précis (conformément aux prescriptions de l’Inspection générale des carrières), puis à injecter du mortier qui va progressivement combler la carrière dans sa totalité.


Les étapes des travaux

Étape 1 : mise en place de barrages étanches

La zone de carrière à combler est préalablement délimitée par des barrages étanches réalisés par le déversement de béton sec. Cela évitera que le matériau de comblement ne s’écoule par la suite dans des galeries vides non concernées par l’opération.

 

Étape 2 : comblement de la carrière : injection de remplissage

Plusieurs forages sont à nouveau réalisés depuis la surface entre les murs étanches, et des tubes en PVC sont insérés dans le sol. L’injection de remplissage se fait par déversement ou sous faible pression, avec un coulis faiblement
dosé en ciment : cela va progressivement remplir l’espace vide de la carrière.

 

Étape 3 : comblement des vides résiduels

Cette opération est aussi appelée « clavage ». Après un délai suffisant, permettant le séchage du coulis de remplissage, un coulis liquide est à nouveau injecté, cette fois-ci sous pression afin de combler les derniers vides résiduels persistants, notamment entre la surface déjà comblée et le plafond de la carrière.

 

Étape 4 : confortement au-dessus de la carrière


Un coulis liquide est injecté sous pression dans le sol au-dessus de la carrière où des zones de vide peuvent être présentes. Cette opération permet d’obtenir un ensemble « carrière comblée + sol conforté » extrêmement solide, garantissant une mise en sécurité totale de la zone pendant les travaux qui suivront.

 

Trois tunneliers en action

La technique de creusement par tunnelier est appliquée au prolongement de la ligne 14. Ces machines permettent à la fois de creuser les terrains, d’évacuer les déblais et de construire le tunnel. Trois tunneliers progresseront simultanément, du sud au nord.
 

Parcours des 3 tunneliers servant au creusement du tunnel du prolongement de la ligne 14 jusqu’à Aéroport d’Orly.