• Publié le 08 février 2019
  • Mise à jour le 20 mai 2019
Travaux Tunnel

Le creusement du tunnel

  • Partager cette page sur Facebook
  • Partager cette page sur LinkedIn
  • Envoyer à un ami
Du terminus actuel d’Olympiades au futur site de maintenance et de remisage de Morangis, 14 km de tunnel seront creusés à travers Paris et le Val-de-Marne. À l’issue des travaux de consolidation des sols au Kremlin-Bicêtre, 3 tunneliers interviendront simultanément pour la réalisation de la galerie intégralement souterraine.

© RATP | Le futur tracé jusqu'à l'aéroport d'Orly, partie 2 : focus sur les tunneliers - découvrir la première partie

 

Trois tunneliers en action

L’objectif d’une mise en service en 2024 de la ligne 14 Sud nécessite l’intervention de 3 tunneliers creusant simultanément.



Le coup d’envoi du creusement a été donné le 3 avril 2019 à Thiais sur le chantier de la future gare Pont de Rungis à l’occasion du baptême du tunnelier Claire. 

  • Ce premier tunnelier creusera un tronçon de 4 500 m de Morangis jusqu’au puits d’insertion Jean Prouvé à L’Haÿ-les-Roses.
  • Le second tunnelier partira en mai 2019 depuis le chantier du site de maintenance et de remisage Morangis. Il creusera un tronçon de 4 200 m jusqu’au chantier de la future gare Pont de Rungis à Thiais.
  • Enfin, le troisième tunnelier partira en juin 2019 du puits d’insertion Jean Prouvé à L’Haÿ-les-Roses. Il creusera un tronçon de 4 800 m jusqu’au chantier de la future gare Maison-Blanche Paris XIIIe.
     

Parcours des 3 tunneliers servant au creusement du tunnel du prolongement de la ligne 14 jusqu’à Aéroport d’Orly.

 

Ces tunneliers, d’un poids d’environ 1 400 tonnes chacun, évolueront la plupart du temps entre 15 et 30 m de profondeur, avec un maximum à 50 m vers le plateau de Villejuif, et réaliseront le cylindre de béton d’un diamètre de 8,80 m du futur tunnel. Ils progresseront 24 heures sur 24, à raison d’un rythme moyen de 12 m par jour, aidés d’une équipe d’environ 20 personnes par machine.



Du puits de sortie du tunnelier à Maison-Blanche à l’arrière station du terminus actuel d’Olympiades, un tunnel d’environ 140 mètres sera creusé selon une méthode traditionnelle, sans tunnelier. 

 

Le tunnelier, cette usine souterraine ! 

Chargé, tout à la fois, du creusement du sous-sol, du soutènement des terrains traversés et de la construction proprement dite du tunnel, le tunnelier s’apparente à une véritable usine souterraine. 

 

Le travail s’effectue en deux temps ; la roue de coupe, à l’abri du bouclier, creuse le terrain en s’appuyant sur les éléments de tunnel déjà en place alors que le convoyeur évacue
les déblais.

 

Un dispositif d’érection permet ensuite la mise en place des voussoirs qui constituent le revêtement définitif du tunnel. Pendant ces deux phases de travail, le train suiveur permet l’évacuation des déblais ainsi que l’acheminement des voussoirs.

 

Les trois tunneliers du prolongement de la ligne 14 à l’aéroport d’Orly proviennent des usines du constructeur allemand spécialisé Herrenknecht, situées à Schwanau. D’abord entièrement construit et testé en usine, chaque tunnelier, de près de 100 mètres de long, est ensuite démonté et acheminé en pièces détachées par convois exceptionnels, avant d’être remonté sur le site d’où il s’élance.

 

Deux tunneliers ont été construits spécifiquement pour le prolongement sud de la ligne 14, tandis que le tunnelier Claire, au départ du chantier de la gare Pont de Rungis, a déjà œuvré sur le prolongement nord de la ligne entre Saint-Lazare et Clichy – Saint-Ouen

 

Chiffres clés 

14 km de tunnel créés 
3 tronçons de 4 200 m à 4 800 m environ chacun 
Près de 800 000 m3 de volume de terre excavée